Les dames du Centre Social

Vous r√™vez de rencontrer des femmes formidables ? Ne cherchez pas tant, il suffit d’aller au centre social Romain Rolland. Certaines ont accept√© de parler d’elles lors d’un atelier ou d’une pause-caf√©… A travers leurs t√©moignages, d√©couvrez ce lieu convivial qu’est le centre social !

Marie-Ga√ęlle impose son style

Des coupes de cheveux d√©tonnantes et une √©nergie √† toute √©preuve. Marie-Ga√ęlle ne passe pas inaper√ßue.

Comme tous les mardis matins elle est l√†, √† la pause-caf√© du centre social Romain Rolland. Accompagn√©e des gazouillis de sa fille, elle explique comment ce lieu a facilit√© son int√©gration dans le quartier. Son r√™ve ? Faire venir ses amis motards ici, √† Bastille. Marie-Ga√ęlle est un des moteurs de la vie locale, √† double titre…

 

Sarah et ses dr√īles de zips

Des trousses et des porte-monnaies en fermeture-√©clair, vous savez faire ? En cet apr√®s-midi d’avril, le centre social Romain Rolland accueillait un petit groupe de Fontainoises, curieuses d’apprendre √† fabriquer ces objets multicolores. Du fil, des √©pingles, des zips et une machine √† coudre… et le tour √©tait jou√© ! Quoique, pas si simple de prendre le coup de main.

Sarah animait l’atelier et expliquait la technique. Elle raconte cette dr√īle d’exp√©rience qu’est la transmission de savoir. Usag√®re du centre social depuis 7 ans, elle parle aussi de sa vision de ce lieu, qu’elle aimerait aussi color√© que cet atelier zip !

 

Les souvenirs de Chantal et Martine

Chantal et Martine sont voisines et amies de longue date. Habitu√©es du centre social, elles s’investissent dans les nombreuses activit√©s propos√©es. Et pour rien au monde elles ne manqueraient la pause-caf√© du mardi matin.

Lors de ce moment d’√©change privil√©gi√©, elle se rem√©morent le centre social d’autrefois. A l’√©poque, celui-ci accueillait les services de la Protection Maternelle et Infantile (PMI).

 

Vita, une vie de couture

Quand on lui a dit qu’au centre social, elle pourrait faire de la couture, Vita a √©t√© piqu√©e en plein coeur. Il faut dire que coudre, c’est sa passion et sa profession. Mais aujourd’hui, elle se retrouve au ch√īmage.

Alors pour Vita, venir au centre social, c’est √† la fois renouer avec les gestes du m√©tier, retisser une vie sociale et partager. Derri√®re sa machine, elle cr√©e les costumes de la fanfare Shinigami Band. Et quand l’aiguille s’arr√™te, Vita brode autour de sa vie de couturi√®re. Elle en vient m√™me √† imaginer le coin couture du futur centre social.

 

Jocelyne, des activités qui épanouissent

Si vous voulez partager une ambiance anim√©e, dynamique et chaleureuse, rien de tel qu’un apr√®s-midi aupr√®s des couturi√®res qui s’activent pour pr√©parer les costumes d’inspiration japonaise pour la fanfare Shinigami Band, alors que la f√™te de quartier se rapproche √† grands pas ! Nous profitons de l’agitation des pr√©paratifs, pour √©changer un moment avec Jocelyne, une apprentie couturi√®re qui se fait discr√®te. Pour elle, le centre social est un bel apport dans sa vie… Cela conduit √† r√©fl√©chir sur comment l’ouvrir plus largement, pour en faire profiter d’autres.

 

Jean-Paul, eh oui les hommes aussi !

Jean-Paul, nous l’avons intercept√© √† la sortie d’une r√©union au centre social, pour pr√©parer la f√™te de Bastille. Il nous livre son regard d’homme, qui¬†emmenait¬†autrefois ses enfants aux activit√©s du centre. Pour lui, la question, c’est surtout comment communiquer et mobiliser les habitants pour qu’ils s’impliquent d’avantage dans la vie de leur quartier.

 

Interviews et montage : Anne-Elise Raveneau et Carole Locar.